Billet n°40

PEUT-ON AVOIR CONFIANCE EN SES CAPACITES ?

Si l’on est calibré avec un potentiel riche, un high level, le préjugé classique serait d’imaginer que, évidemment, c’est oui. Une personne à haut potentiel serait forcément consciente de ses forces.

Pourtant, j’entends très souvent en coaching : « ce que je fais est nul », « je me blâme très vite », je suis dur(e) avec moi-même » ...

Cela vient pourtant de personnes qui ont de magnifiques capacités. En témoignent les excellentes notes obtenues aux examens, la réussite de leurs diplômes, les retours élogieux de leurs collègues ou de leurs partenaires de travail. Certains s’entendent même dire qu’ils dégagent une belle confiance en eux !

Alors pourquoi ce jugement si rude, pourquoi ce regard si négatif ?

Cela tient à plusieurs facteurs. Acquérir de la confiance en soi ne va pas ...de soi. Cela s’apprend, cela s’acquiert.

Mais quand même ...

Avoir autant de qualités et ne pas savoir les repérer relève d’un paradoxe (un de plus !!) fréquent chez les HP.

Cela tient tout d’abord à la lucidité aigüe du HP.

Il est frappant d’entendre une personne à haut potentiel faire un bilan de son travail ou de sa situation. Le scalpel est redoutable et la vision critique permet de pointer toutes les failles. Mais, si les réussites sont rapidement balayées, en revanche, tout ce qui ne va pas parfaitement est largement développé, nourri d’exemples précis sur tel ou tel manquement, telle ou telle imperfection. Et rapidement, l’ensemble est bilanté comme « nul » !!

Pointer ses manques permet sans aucun doute une prise de conscience et donc une opportunité de faire mieux la fois suivante mais c’est souvent, malheureusement, une façon de se regarder avec beaucoup de négativité.

L’autre facteur est la soif d’idéal du HP.

Cette aspiration est motrice, elle est essentielle. Mais elle cache aussi une idéalisation du but à atteindre. Alors oui c’est formidable quand cela reste moteur et que cela permet une dynamique efficace mais c’est dramatique quand cela induit un effet loupe sur le résultat obtenu comparé au but visé. Le bilan s’en trouve déséquilibré au profit de tout ce qui ne va pas ...

Ainsi le HP, pourtant doté de qualités réelles, très souvent ne voit pas, ne ressent pas son formidable potentiel.

Alors, le mieux est de faire de son mieux, toujours...  en conscience...et de savoir repérer ce qui est réussi, ce qui est bien. Et lâcher la crainte (souvent partagée) de paraître prétentieux.

Nathalie C